L'érysipèle


L'érysipèle peut présenter à son déclin des éruptions cutanées de formes diverses et de siège variable, qui ne signalent leur apparition par aucun autre trouble que l'abaissement de la température fébrile.

Ces éruptions amènent avec elles la résolution de l'érysipèle ,elles sont apyrétiques et n'ont pas de symptômes généraux, elles accomplissent rapidement leur évolution.

Leurs symptômes locaux sont ceux des dermatoses analogues et n'ayant pas leur étiologie ; elles n'exigent aucun traitement spécial, à moins que les malades ne soient incommodés par les démangeaisons qu'elles sont susceptibles de provoquer.

On ne peut établir s'il y a une relation entre telle ou telle forme d'érysipèle, et tel ou tel genre d'éruptions, vu leur rareté; il n'est pas davantage possible de dire si ce sont les dermatoses dont il a été question dans ce travail qui se présenteront toujours à l'observation.

Ce qui paraît le plus certain, c'est qu'elles sont en relation intime avec la nature septicémique de l'érysipèle.

L'érysipèle : Infection aiguë


L'érysipèle est une infection aiguë de la peau provoquée par certains streptocoques. Il s'agit d'une dernière aiguë localisée qui siège le plus souvent à la face mais peut occuper n'importe quelle région du tégument.


La porte d'entrée se situe à une jonction cutanée-muqueuse ou au niveau d'une érosion cutanée.Le début est brutal marqué par une forte élévation thermique éventuellement accompagnée d'un frisson.


L'apparition de la plaque d'érysipèle précède ou suit de peu les troubles généraux. La peau est tuméfiée, rouge et luisante, ou mate  et chagrinée. La lésion s'étend de manière excentrique sans qu'on un maximum central , tous les signes d'inflammation prédominent au contraire à la périphérie de l'élément éruptif.Une dénivellation nette limite la plaque de sa bordure de peau sain : c'est là un signe caractéristique.


Les ganglions efférents sont toujours tuméfiés et douloureux. Un œdème local important peut s'associer à l'éruption. Spontanément, l’extension et la durée  de l’érysipèle sont très diverses. Il peut rester localisé ou s'étendre et durer de trois jours à près d'un mois. Mais cette dernière évolution n'est plus observée car l'érysipèle est dans toutes ses formes extrêmement sensibles au traitement antibiotique.

De ce fais, les complications (abcès, septicémie à streptocoques gangrène cutanée, néphrite, érysipèle migrateur ou récidivant) ont pratiquement disparu. La brutalité du début, le maximum centrifuge, opposent l'érysipèle à d'autres inflammation localisées telles qu'abcès sous-cutané, lymphangite, œdème de Quincke, furoncle, fluxion dentaire, dacryocystite.


Le traitement s'adresse indifféremment et avec le même succès aux sulfamides et aux antibiotiques fungiques. L'éruption disparaît en 24 à 48 heurs, mais la médication doit être poursuivie pendant une semaine environ 
 
Support : Creating Website | Johny Template | Mas Template
Copyright © 2011. Erysipele - All Rights Reserved
Template Created by Creating Website Inspired by Sportapolis Shape5.com
Proudly powered by Blogger